Partenariat Ouest-France : refuser d'embaucher une personne parce qu'elle est obèse est une discrimination

Pascale a postulé pour devenir secrétaire. Elle pense que sa candidature a été refusée à cause de son obésité.

Pascale pense que c’est parce qu’elle est obèse qu’on a refusé de l’embaucher comme secrétaire. En effet, sa candidature avait été retenue par une entreprise, mais pendant l’entretien, on lui a demandé si elle avait de l’énergie pour se déplacer. À l’issue du rendez-vous, on lui a signifié qu’elle apparaissait ne pas être apte pour le poste. Elle se demande comment elle peut faire respecter ses droits.

Le droit interdit, dans le privé comme dans le public, tout traitement défavorable d’une personne par rapport à une autre, en raison de son apparence physique car cela peut être constitutif d’une discrimination. L’apparence physique se manifeste autant par l’intégrité physique (morphologie, taille, poids, traits du visage, stigmates, etc.) que par les éléments qui expriment la personnalité d’une personne (vêtements, coiffure, barbe, piercings, tatouages, maquillage, etc.).

Seul le médecin du travail, après l’embauche, peut se prononcer sur l’aptitude d’un salarié. L’employeur ne peut justifier un refus d’embauche en invoquant les stéréotypes qu’il a sur l’aptitude en lien avec l’apparence physique d’une personne.

Si vous disposez d’éléments précis (courriels, SMS, attestations, chronologie, etc.) laissant présumer que vous avez été victime d’une discrimination à l’embauche, en raison de votre apparence physique ou d’un autre critère interdit par la loi, vous pouvez contacter le Défenseur des droits.

Ses délégués locaux ou ses juristes pourront vous conseiller et vous orienter gratuitement pour vous aider à faire valoir vos droits. L’institution dispose également d’une diversité de pouvoirs d’enquête (vérification sur place, test de discrimination, etc.) parmi lesquels la possibilité de demander à l’employeur mis en cause de fournir des éléments prouvant que son refus de vous embaucher est fondé sur des éléments objectifs et non-discriminatoires.


Retrouvez cette chronique sur Ouest-France.fr.

Retrouvez l’expertise du Défenseur des droits toutes les semaines dans Ouest-France et sur Ouest-France.fr.