Partenariat Ouest-France : on me refuse un visa car on ne croit pas à mon mariage, que faire ?

Marié en Égypte à une Française, Samir voudrait vivre en France mais on lui a refusé son visa long séjour.

De nationalité française, Joséphine s’est mariée en Égypte avec Samir, ressortissant égyptien. Leur mariage a été transcrit sur les registres de l’état civil français. Quelque temps après, Samir a demandé un visa de long séjour pour s’installer en France, en sa qualité de conjoint d’une ressortissante française. Le consulat français en Égypte a refusé de lui accorder le visa au motif qu’il n’apportait pas "la preuve du lien matrimonial et de son intention de mener une vie commune" avec Joséphine. Or, les époux ont apporté un nombre considérable d’éléments attestant de l’authenticité de leur mariage : lettres, communications téléphoniques, voyages, attestations de leurs proches, etc. Ils se demandent si cette décision est légale et s’ils peuvent la contester.

Selon le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, le visa long séjour peut effectivement être refusé à un conjoint de Français en cas de fraude, d’annulation du mariage ou de menace à l’ordre public. Cependant, le Conseil d’État a indiqué en 2010 qu’il appartenait à l’administration qui refuse le visa "d’établir le caractère frauduleux de ce mariage sur la base d’éléments précis et concordants", et non sur des soupçons.

Si on a refusé de vous accorder un visa pour la même raison que Samir, vous devez saisir la Commission de recours contre les refus de visa (CRRV) dans les deux mois, elle examinera à nouveau votre dossier.

Si celle-ci refuse également de vous délivrer le visa, saisissez le tribunal administratif et le Défenseur des droits en parallèle.

Ce dernier demandera notamment au consulat, et à la CRRV, de fournir les "éléments précis et concordants" qui leur font soupçonner une fraude. Il pourra également présenter ses observations devant le tribunal.


Retrouvez cette chronique sur Ouest-France.fr.

Retrouvez l’expertise du Défenseur des droits toutes les semaines dans Ouest-France et sur Ouest-France.fr.