Appel à témoignages en Outre-mer : un difficile accès au service public

Domaine de compétence de l'institution : I

Mots clés : études et résultats, Outre-mer, Place aux droits, Services publics

A l’occasion de l’opération « Place aux droits ! » qui s’est tenue le 26 novembre 2018 aux Antilles, le Défenseur des droits a lancé un appel à témoignages auprès des résidentes et des résidents d’outre-mer. Au total, près de 1000 témoignages ont été recueillis. Par ailleurs, plus de 1.500 personnes ont été interrogées dans le cadre d’une enquête téléphonique, destinée à mieux connaître leurs difficultés d’accès aux services publics ainsi que les discriminations dont elles seraient victimes.

Rendus publics à l’occasion de cette nouvelle édition de l’opération « Place aux droits » qui est appelée à se tenir du 30 septembre au 3 octobre 2019 à La Réunion, puis à Mayotte, les résultats mettent en lumière des inégalités de traitement persistantes entre les outre-mer et la métropole, ainsi que de fortes disparités entre les différents territoires ultramarins.

Une très large majorité des personnes interrogées lors de l’enquête téléphonique considère que les services publics fonctionnent moins bien sur leur territoire qu’en métropole (61% des personnes interrogées par téléphone). Près de la moitié des personnes (48,1 %) déclarent qu’elles rencontrent souvent des difficultés dans l’accomplissement de leurs démarches administratives, ces difficultés tenant principalement à un mauvais accueil physique ou téléphonique (75,6% des répondants), à la complexité des démarches (50% des répondants) ou à des difficultés d’accès au guichet (37% des répondants).

Sur la question des discriminations, 40 % pensent que les personnes sont souvent ou très souvent traitées défavorablement ou discriminées dans leur département, ces discriminations étant le plus souvent associées au milieu professionnel.

Alors que la dimension ultramarine n’est que rarement prise en compte par la statistique publique, cette étude documente l’accès aux droits dans les outre-mer. Elle permet également de rendre compte de la parole des premiers concernés par ces disparités, les ultramarins, grâce aux nombreux témoignages qui ont été collectés.