Partenariat Ouest-France : j’ai été victime de discrimination lors d’un entretien d’embauche, que faire ?

 

La candidature de Mounir pour un poste dans une banque a été écartée, il pense que son origine en est la cause. Est-ce légal ? La réponse du Défenseur des droits.

Après des études d’affaires clientèles, Mounir a postulé à un job dans une banque. Il n’a eu aucune réponse, alors que l’un de ses camarades de promotion, dont le nom est à consonance européenne et dont le parcours et l’expérience sont similaires à ceux de Mounir, a été reçu en entretien pour le même poste. Ce dernier pense que sa candidature n’a pas été traitée de la même manière en raison de son origine maghrébine. Il se demande ce qu’il peut faire.

En matière d’emploi privé et public, le droit interdit la discrimination, c’est-à-dire tout traitement défavorable d’une personne par rapport à une autre, en raison d’un critère précisé dans la loi, comme l’origine.

Si vous pensez avoir été victime d’une discrimination dans un processus de recrutement, vous pouvez contacter le Défenseur des droits en lui joignant tous les documents précis (offre d’emploi, lettre de candidature, CV, courriels, SMS, attestations, chronologie, témoignages, etc.) qui laisseraient présumer que vous avez subi une discrimination. Le Défenseur des droits dispose de plus de 500 délégués sur le territoire qui vous accueillent, vous orientent et vous conseillent dans vos démarches, ainsi que de nombreux juristes qui peuvent mobiliser des pouvoirs d’enquête larges (instruction écrite, vérification sur place, testing, audition, etc.).

Il pourra également être demandé à l’employeur mis en cause de fournir des éléments prouvant que son refus de vous recevoir en entretien ou de vous embaucher est bien fondé sur des éléments étrangers à toute discrimination et non sur un critère de discrimination interdit par la loi.


Retrouvez cette chronique sur Ouest-France.fr.

Retrouvez l’expertise du Défenseur des droits toutes les semaines dans Ouest-France et sur Ouest-France.fr.