Les droits de l’enfant, priorité pour les Parlementaires et les Médiateurs de la Francophonie

À l’occasion des 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, l’Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie (l’AOMF) et l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (l’APF) ont organisé les 23 et 24 octobre 2019 à Rabat (Maroc) une conférence commune sur le thème « Les droits de l’enfant, priorité pour les Parlementaires et les Médiateurs de la Francophonie », soutenue par l’OIF et la Commission de Venise du Conseil de l’Europe.

En lien avec leur mission de défense et de promotion des droits de l’enfant, M. Toubon, Défenseur des droits, et son adjointe, Mme Avenard, Défenseure des enfants, sont intervenus parmi les médiateurs et parlementaires issus de 21 pays d’Afrique, d’Amérique et d’Europe.

Le Défenseur des droits a notamment insisté sur l’importance d’une meilleure mise en œuvre du droit à la participation, et a présenté à cette occasion la consultation « J’ai des droits, entends-moi » menée cette année auprès de 2200 enfants et jeunes sur leurs droits.
La Défenseure des enfants a porté sa contribution sur les enjeux des interactions entre les institutions nationales et le Comité des droits de l’enfant de l’ONU.

A l’issue de la conférence, inquiets du fait que des enfants continuent d’être victimes de discriminations et de l’absence d’une véritable culture de la participation des enfants, les membres de l’AOMF ont adopté la Déclaration de Rabat par laquelle ils s’engagent à renforcer leurs actions de défense et de promotion des droits et intérêts de l’enfant, optimiser l’accessibilité et l’effectivité des mécanismes de traitement de requêtes individuelles, soutenir le développement d’une culture de résultat de leurs actions visant à obtenir des réalisations concrètes pour faire avancer les droits de l’enfant dans leurs pays respectifs, impliquer activement les enfants dans leurs travaux et développer une plus grande cohérence entre leurs institutions en partenariat avec les organisations de la société civile, les institutions publiques, les organisations internationales ainsi qu’avec le secteur privé.

Ensemble, Parlementaires et Médiateurs de l’espace francophone se sont engagés à poursuivre leurs réflexions et des actions communes et de développer davantage de liens dans le cadre du renforcement de l’Etat de droit et de la démocratie au sein de la Francophonie.