Partenariat Ouest-France : comment réagir face au harcèlement scolaire ?

La première réaction, en cas de harcèlement scolaire, est d’avertir le chef d’établissement.

Élève de seconde, Sonia se fait souvent bousculer au lycée. Elle subit aussi des violences morales (insultes, moqueries…) sur Internet. Plusieurs élèves sont impliqués. Sonia est victime de harcèlement scolaire. Sa mère constate son mal-être et veut agir.

Si vous pensez que votre enfant, comme Sonia, est victime de harcèlement en milieu scolaire, votre première réaction doit être d’informer le chef d’établissement. Ce dernier est alors tenu de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser ces comportements et assurer la protection de votre enfant. Il doit aussi informer les services académiques.

Vous pouvez également appeler le 3020, le numéro vert « non au harcèlement » (appel gratuit). Vous pourrez être mis en relation avec le « référent harcèlement » de votre académie qui vous donnera plus d’informations sur les démarches à suivre. Pour le harcèlement par Internet, le numéro vert « net écoute », 0 800 200 200, est aussi gratuitement mis à votre disposition (www.netecoute.fr).

Si ces premières actions ne changent rien à la situation de votre enfant, vous pouvez contacter directement, par courrier, le médiateur de votre académie ou le directeur académique des services de l’Éducation nationale. Ce dernier, supérieur hiérarchique des chefs d’établissement scolaire, a les moyens de faire changer la situation. Vous pouvez, en même temps, vous adresser au Défenseur des droits ou à son délégué, qui pourra vous conseiller et vous soutenir dans vos démarches.


Retrouvez cette chronique sur Ouest-France.fr.

Retrouvez l’expertise du Défenseur des droits toutes les semaines dans Ouest-France et sur Ouest-France.fr.