Faire respecter vos droits
7 rue Saint-Florentin - 75409 Paris Cedex 08
09 69 39 00 00

Présentation de Dominique Baudis

Dominique Baudis a été nommé «  Défenseur des droits » le 22 juin 2011 par le Président de la République. Il est le premier à exercer cette fonction.

Dominique Baudis

Né le 14 avril 1947 à Paris
Etudes primaires et secondaires à Toulouse.
Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.

Marié, 3 enfants

Le journalisme


Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques, il part au Liban en 1971, comme journaliste de radio et de télévision.

Correspondant de l'ORTF puis de TF1 pour le Proche Orient, grand reporter il présente le journal télévisé de TF1 (de 1978 à 1980) et celui de FR3 (jusqu'en 1982).
 

Elu de Toulouse

En 1983, Dominique BAUDIS est élu maire de Toulouse (il succède à son père, maire de 1971 à 1983). Il est réélu en 1989 et 1995.

Président du Conseil régional de Midi-Pyrénées (de 1986 à 1988)

Député de la Haute-Garonne (élu en 1986 puis réélu en 1988, 1993 et 1997).

Député européen (élu en 1984 puis réélu en 1994 et 2009).

Président du Conseil supérieur de l'audiovisuel

En 2001, Dominique BAUDIS revient dans le monde des médias avec sa nomination à la présidence du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

 

Il propose aux téléspectateurs une offre audiovisuelle élargie avec les chaînes gratuites de Télévision Numérique Terrestre lancée en mars 2005.

 

L'Institut du Monde Arabe

 

En 2007, il est élu à la présidence de l'Institut du monde arabe et participe au renforcement du dialogue entre les cultures.

De ses années de journalisme au Proche-Orient, Dominique BAUDIS a gardé un lien fort avec le monde arabe auquel il a d'ailleurs consacré plusieurs ouvrages comme "la passion des chrétiens du Liban", "La mort en Keffieh", "Raymond d’Orient", "La Conjuration", "Il faut tuer Chateaubriand".

Défenseur des droits

Dominique Baudis à été nommé le 22 juin 2011, Défenseur des droits par le Président de la République pour un mandat de 6 ans non renouvelable et non révocable. Sa nomination a été soumise au vote de l'Assemblée nationale et du Sénat.